ART MODERNE

L'ART NOUVEAU

Il naît en Allemagne  1890-1910 - où il prend le nom de Jugendstil - dans une revue d’art d’avant-garde Jugend. a distance croît entre l’art et le réel, puisque les fonds et les perspectives disparaissent.
Tendance artistique caractérisée par l'utilisation des courbes stylisées, avec des motifs décoratifs floraux abondants.

Gaudi, Majorelle, Lalique, Klimt, Gruber…

Le baiser, de Gustav Klimt

LE CUBISME

Le Cubisme est un mouvement artistique qui s'est développé de 1907 à 1914 à l'initiative des peintres Georges Braque et Pablo Picasso. Après la Première Guerre mondiale, le mouvement s'essouffle, avant de s'éteindre vers les années 1920.

Le terme cubisme provient d'une réflexion d'Henri Matisse, relayée par le critique d'art Louis Vauxcelles, qui, pour décrire un tableau de Braque, parla de « petits cubes ».

Vers l'abstraction Le cubisme, comme le souligne Apollinaire dans Les Peintres cubistes. Méditations esthétiques (1913), a ouvert la voie de l'abstraction (suprématisme, expressionnisme abstrait, Bauhaus) et de l'art conceptuel, bien que le cubisme n'ait pas produit d'œuvres totalement dénuées de lien avec la réalité. D'une façon plus générale, tous les artistes importants qui réussiront à trouver un style personnel après la Première Guerre mondiale, seront passés à un moment ou à un autre, par une phase cubiste (Piet Mondrian, Kurt Schwitters, les artistes russes et italiens, Salvador Dali...).

Le Cubisme veut aussi se justifier et se rattacher à Cézanne par la recherche d'une solidité et d'une densité en réaction aux recherches des effets lumineux et atmosphériques des Impressionnistes qui, du moins dans un certain nombre de paysages, tendent à noyer et éthérer les volumes dans des papillotements de couleurs. Mais là encore, c'est sans doute aller au-delà de ce que prônait Cézanne.

C'est donc vraisemblablement sur un malentendu qu'à partir de 1907 et les Demoiselles d'Avignon ou Bordel d'Avignon (considérées généralement comme le premier tableau cubiste) Picasso et Braque appliqueront leurs théories, non seulement aux paysages mais aussi aux natures mortes et à la figure humaine.

Picasso, Fernand Léger, Robert Delaunay, Le Fauconnier, Gleizes…

Le cubisme, qui décompose les objets, est proche de deux mouvements : le futurisme, qui décompose le mouvement et l'orphisme, qui décompose la lumière. Le rayonnisme : synthèse du futurisme, de l'orphisme et du cubisme.

Demoiselles d'Avignon

Guernica

Le Joueur de Guitare - Picasso

LE SURREALISME

Mouvement artistique et littéraire le plus vaste et le plus abouti.

L’écrivain André Breton fonde le mouvement littéraire en 1924. La création ne naît pas de l’intelligence claire mais jaillit des profondeurs de l’inconscient, quand les forces psychiques sont libérées du contrôle de la raison.

André Breton, Salvador Dali, Max Ernst, Joan Miro, Man Ray, Luis Bunel, De Chirico, Magritte…

Persistance de la mémoire

La trahison des images -Magritte

Le Rébus - Man Ray

Joan Miro

LE DADAÏSME

1916-1925 Un coupe-papier posé par hasard sur un dictionnaire franco-allemand désigne le mot DADA. Doute intégral, refus de toute culture et de tout système établi, art de la dérision...

Marcel Duchamp, Picabia...

Fontaine Duchamp

Hera - Picabia

LE BAUHAUS

Le Bauhaus est un institut des arts et des métiers fondé en 1919 à Weimar (Allemagne) par Walter Gropius, et qui par extension désigne un courant artistique concernant, notamment, l'architecture et le design, mais également la photographie, le costume et la danse. Ce mouvement posera les bases de la réflexion sur l'architecture moderne, et notamment du style international. En 1933, Le Bauhaus (installé à Berlin) est fermé par les nazis et sa dissolution est prononcée par ses responsables. De nombreux artistes et professeurs s'exilent aux États-Unis pour échapper au Nazisme.

Le programme du Bauhaus a suscité l'adhésion d'un grand nombre d'artistes d'avant-garde de toute l'Europe, parmi lesquels on peut citer Johannes Itten, Vassily Kandinsky, Paul Klee, László Moholy-Nagy ou Marcel Breuer.

White- Kandinsky

Tale à la Hoffmann (1921) - Klee

WWI - Kandinsky

L'ART ABSTRAIT

Au cours de la deuxième décennie du vingtième siècle, un tournant radical et déterminant s’opère en peinture, l’invention de l’abstraction.
Certes, depuis la nuit des temps, des formes non figuratives ont été utilisées au sein de programmes décoratifs, par exemple les grecques ornant les terres cuites de l’Antiquité, les arabesques des ferronneries baroques ou les volutes de l’Art Nouveau. Mais ces motifs étaient subordonnés à des finalités extérieures, comme l’embellissement d’un lieu ou d’un objet.
La démarche qui caractérise les maîtres de l’abstraction du début du 20e siècle consiste à proposer, purement et simplement, une "image abstraite".
L’oxymore que constitue cette expression, une image étant traditionnellement définie comme une réplique de la réalité, indique la nouveauté de l’entreprise. Les peintures abstraites sont des images autonomes qui ne renvoient à rien d’autre qu’elles-mêmes. Dans ce sens, elles s’apparentent aux icônes de la religion orthodoxe qui manifestent la présence d’un contenu plutôt qu’elles ne le représentent, mais, à la différence de ces images religieuses, les peintures abstraites rompent avec le monde des apparences. Elles révèlent l’existence de réalités jusqu’alors invisibles et inconnues, que chaque artiste détermine à sa façon, selon ses propres convictions, son parcours et sa culture, de l’art populaire aux théories les plus spéculatives. Chacun des quatre artistes pionniers de l’abstraction, Frantisek Kupka, Vassily Kandinsky, Kasimir Malevitch et Piet Mondrian, aboutit ainsi à sa propre formulation de l’abstraction, indépendamment des autres.
Ils ont néanmoins franchi le seuil de l’abstraction à peu près au même moment, entre 1911 et 1917, simultanéité qui peut s’expliquer par des préoccupations communes. Ils avaient tous une pratique spirituelle ou ésotérique. Ils étaient aussi, pour certains d’entre eux, très attachés à la musique, le moins imitatif de tous les arts, qu’ils ont parfois pris comme modèle. Et, plus généralement, ils travaillaient dans un contexte culturel, en particulier scientifique avec l’apparition de la physique quantique et de la théorie de la relativité, où la notion de réalité devenait problématique. Comme le remarquait Paul Valéry à cette époque, "Ni la matière, ni l’espace, ni le temps ne sont depuis vingt ans ce qu’ils étaient depuis toujours". Dans ce contexte culturel et scientifique du début du 20e siècle, la réalité est moins ce que l’on perçoit à l’aide des cinq sens qu’une entité que l’on approche par des expériences de pensée.
Les inventeurs de l’abstraction proposent une nouvelle forme de peinture en adéquation avec cette conception du monde.

Kazimir Malevich, Carré noir sur fond blanc, 1915

Sans titre - Kandinsky

Contre-Composition V, 1924  - Theo van Doesburg

Frantisek Kupka

- Composition en rouge, bleu et blanc II - Mondrian

MENU